Communauté BPCE : risque de régression sociale sur la question du handicap

Cette semaine la section SNB de BPCE LEASE a diffusé un tract alertant sur le risque de régression sociale sur la question du handicap. La Section SNB De BPCE s'inscrit pleinement dans ce qui est dénoncé par nos collègues de BPCE LEASE que nous vous laissons découvrir ci-dessous :


COMMUNAUTE BPCE : VERS UN MASSACRE A LA TRONCONNEUSE !!!!!!

Chers collègues,

Le mois dernier, nous vous avons distribué un tract INFO'SNB pour vous informer des négociations sur le projet d'accord de l'organisation de la future communauté BPCE, en remplacement de Natixis Intégrée

C'est dans le cadre de BPCE Communauté que sont désormais discutés la plupart des futurs accords relatifs à notre statut social.
Le résultat n'est pas brillant et les moyens alloués notamment aux délégués syndicaux communautaires pour une négociation de qualité sont faibles. C'est pourquoi le SNB n'a pas signé cet accord.

C'était déjà un premier signe inquiétant sur la réelle volonté de la Direction de BPCE SA de trouver ensemble de bons accords futurs.
Depuis lors, nous sommes entrés dans le vif du sujet avec la première négociation du futur accord Handicap.

L'accord actuel Natixis Intégrée qui avait été négocié avec intelligence et bon sens entre les partenaires sociaux est un bon accord qui permet à des collaborateurs et leur famille d'alléger un peut le fardeau quotidien.
Aujourd'hui, c'est la douche froide !... A titre d'exemple :

  • Aide financière aux enfants et conjoint en situation de handicap non reprise !
  • Plus de réduction du temps de travail de 30mn accordée automatiquement !
  • Plus d'aide sur la prise en charge du transport du domicile vers le lieu de travail !
Première réaction ? Une honte !!... Que vont devenir nos collègues qui vivent déjà des situations difficiles ?!...
Souhaitons que la suite des négociations voie la Direction revenir à une position plus humaine !

Vous pouvez compter sur la présence syndicale du SNB BPCE LEASE à la table des négociations pour défendre nos acquis !
Cette négociation est un symbole. D'une part parce que c'est la première dans cette configuration post NATIXIS et d'autre part parce qu'elle traite d'un sujet particulièrement sensible.
Si la direction persiste dans cette voie, elle montrera ainsi clairement son souhait de passer à la moulinette les acquis sociaux de la période NATIXIS.
Il y a vraiment alerte rouge sur la négociation des futurs accords, notamment la mutuelle, prochain sujet à discuter...

***

La section SNB BPCE partage pleinement cette analyse. Les résultats de l'accord précédent sont indispensables non seulement pour une question d'équité mais aussi pour permettre à certains collègues de s'en sortir. Nous restons mobilisés avec nos collègues négociateurs au sein de la Communauté et nous allons continuer à défendre au mieux les intérêts de tous les salariés de la communauté de façon à ce que le socle social soit protégé.










Des maux de tête ? N'attendez pas pour agir !


Le journal "Les Echos" annonce que le Groupe WeWork "géant du coworking a fermé pas moins de 2.300 cabines téléphoniques sur plusieurs centaines de ses sites canadiens et américains, après y avoir découvert des niveaux élevés de formaldéhyde, un polluant classé cancérigène probable aux Etats-Unis".


Source (Les Echos) : "WeWork ferme des cabines téléphoniques après la découverte d'une substance chimique cancérigène"


Bien que cette alerte ne concerne à ce stade que les sites nord-américains, vos élus SNB ont demandé à l'employeur de s'assurer que les collègues ne sont pas concernés sur le site WeWork exploité par l'entreprise.


Si vous pensez avoir été exposé à un risque et/ou présentez des symptômes nous vous invitons à vous rapprocher du service médical de l'entreprise et à nous en informer afin que nous puissions agir auprès de l'employeur.













Communauté BPCE : NON à un projet au rabais


Le président du Groupe a annoncé le 18 avril la création de « la Communauté BPCE » regroupant un collectif de 8000 personnes issues de BPCE SA, BPCE-IT, IT-CE, i-BP, BPCE Achats et des entreprises du pôle SEF. Prenant exemple sur le périmètre de négociation dit « Natixis intégré », la Direction a désormais engagé des négociations avec les trois principales organisations syndicales (CFDT, SNB, UNSA). L’enjeu pour les 8000 salariés : définir le cadre dans lequel seront négociés vos futurs droits : handicap, mutuelle, égalité, participation, intéressement, télétravail, etc.

Où en est-on ?

Loin des intentions affichées au départ, le projet présenté par la direction coupe dans le vif et réduit considérablement les moyens de négociation des représentants des salariés.

Explications


HIER

DEMAIN (projet direction)

-

Accords négociés au niveau de chaque entreprise, au plus près des salariés (tenant compte des spécificités locales)

-

Principaux accords (potentiellement la totalité) négociés au niveau communautaire avec un risque de nivellement par le bas

-

En moyenne une dizaine de négociateurs côté salarié dans chaque entreprise du périmètre

-

6 délégués syndicaux communautaires tous syndicats confondus représentant 8000 salariés

-

Face à, en moyenne, 3 représentants de la direction

-

Face à 5 DRH + 1 ou 2 experts

-

Une connaissance parfaite des salariés, de leur métier et de leurs spécificités grâce à des négociateurs présents partout dotés des moyens pour travailler (heures de délégations, accords de droit syndical)

-

20 h de délégation par mois pour 2 Délégués Syndicaux SNB de la Communauté pour aller à la rencontre des 8000 collègues sur les nombreux sites...

 


En synthèse

La direction propose de déséquilibrer le rapport de force en positionnant les négociations au niveau de la Communauté. Elle réduit la capacité de négocier pour les salariés tout en augmentant la sienne. Cela expose à un vrai risque de nivellement par le bas du socle social. Déjà en prévision, certaines entreprises commencent à dénoncer leurs accords locaux.




La position du SNB

L’ensemble des délégués syndicaux SNB de toutes les entreprises de la Communauté BPCE souhaite que cette communauté se développe et qu’elle permette de faire converger et progresser les droits des salariés qui la composent. Pour cela, nous refusons une communauté au rabais, nivelée vers le bas.


Nous demandons des règles de négociations équilibrées et les moyens nécessaires
par respect pour les 8000 salariés qui y travaillent.


















Pour que l'avenir s'écrive avec vous

Elections 2019 - Pour que l'avenir.PNG


Le SNB 1er syndicat de la profession bancaire


« Le SNB prend le leadership syndical dans la banque
Avec 33,5% des votes, contre 26,41 % pour la CFDT, le SNB, rattaché à la CFE-CGC mais qui n’est pas réservé aux seuls salariés cadres, vient en effet de prendre le leadership dans la profession bancaire. Loin devant la CGT, 3e organisation de la branche bancaire avec 12,98 %. » Les Echos 03/04/17

Le SNB 1er syndicat chez BNP, SG et LCL


« SNB CFE-CGC obtient les pleins pouvoirs chez BNP Paribas
Les élections professionnelles achevées début avril ont consacré la domination du SNB CFE-CGC sur le dialogue social de BNP Paribas SA. » Les Echos 18/04/19
Le SNB obtient près de 51 % des voix à la BNP et 43% au LCL en 2019.


Le SNB 1er syndicat dans la branche Banques Populaires


Avec 32% de représentativité, le SNB est largement leader au sein de la branche des Banques Populaires, de 7 à 14 points devant les autres organisations syndicales. Le SNB gère le secrétariat de 8 CSE contre 1 seul il y a 8 ans.

En donnant ce poids au SNB, les salariés ont fait confiance aux équipes d’élus investis sur place pour défendre au mieux les intérêts de tous. Ces équipes sont sans cesse formées pour répondre aux nouvelles exigences et aux mutations de la Banque.


Le SNB continue de faire bouger les lignes chez BPCE !


Chez BPCE, le SNB est redevenu représentatif en 2013 avec 13% des voix. Il est devenu 2e syndicat de BPCE en 2017 avec 17%. En 2019, notre équipe militante s’élargit et se renforce. Le facteur humain est essentiel, et nous sommes mieux armés aujourd’hui pour discuter et négocier avec nos dirigeants.


Demain, le SNB 1er syndicat chez BPCE ?


Dans ce monde bancaire en perpétuel changement, vous pouvez renforcez votre poids dans les négociations en soutenant le SNB.
Pour que l’avenir s’écrive avec vous, le SNB aura donc tous les moyens pour accompagner tous les salariés de la Banque, pour que chacun trouve sa place malgré la complexité de la réalité économique.


SNB-BPCE-SA-Bandeau-mail-tract.png

Travail de nuit : la Direction encore flashée par l’Inspection du Travail…


La direction prétendait que le sujet du travail de nuit était clos. Elle avait même réussi à faire signer aux autres organisations syndicales un accord autorisant le travail de nuit (pudiquement baptisé : ‘travail de soirée’), en contrepartie de l’expérimentation du télétravail.

Refusant cette forme de chantage et mesurant le risque pour la santé des collègues, le SNB était le seul syndicat à refuser de signer cet accord. Nous avons été le seul syndicat opposé à la régression sociale que constitue le travail de nuit.


Un suivi sans phare et au clair de lune…

La Direction s’est toujours opposée à nous communiquer des informations précises sur le travail de nuit (temps de travail, horaires de départ…) et le respect du temps de repos quotidien à BPCE. Nous comprenons désormais pourquoi : BPCE vient d'être de nouveau épinglée par l'inspection du travail. Après avoir été contrôlée à plus de 300 infractions en 2014, la Direction est flashée cette fois à 534 infractions au travail de nuit et 317 infractions au temps de repos… et sur le seul tronçon du 4ème trimestre 2018 !

En récidive, BPCE SA encourt une amende administrative de 4 000 € par infraction constatée et un délit d’entrave pour ne pas avoir informé le CHSCT de la situation. Outre les points perdus en terme d’image, l’amende encourue s’élève à 3,4 Millions d’euros !!!


La Direction conteste le PV et termine par une sortie de route au CHSCT…

Selon la direction, seuls 3 salariés ont travaillé après 21h au 4ème trimestre 2018 (chiffres transmis au CE de juin). Comment peut-on passer de 534 à… 3 ? Pourtant, les connexions au poste informatique sont tracées par la Direction. Des rondes de sécurité sont organisées dans l'établissement après 21h. Comment la Direction peut-elle ignorer cette situation ? Erreur de calcul ? Déni ? Nous avons tenté de lui demander des explications mais en guise de réponse elle a quitté le CHSCT pour clore la réunion.

Le SNB demande à la Direction la plus totale transparence sur la situation du travail de nuit à BPCE et que le temps personnel et la santé des collègues ne servent plus de variable d’ajustement au manque d’organisation et au surcroît de travail.

Vu la recrudescence des infractions, l’accord ‘travail de nuit’ a manifestement aggravé le problème. Le SNB demande que l’application de ces dispositions soit suspendue et ses termes renégociés.